L’avoine … rien que des atouts
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone

L’avoine contient entre autres des alcaloïdes, de la lécithine, des acides gras polyinsaturés comme l’acide linoléique, des phytostérols, des mucilages, des polyphénols comme les acides caféique et férulique, une teneur élevée en vitamine B1 ainsi que des vitamines B2, B3, B6, E, K, de la choline, de la biotine et de l’acide folique (B11).

L’avoine contient aussi et surtout du calcium et d’autres minéraux comme le magnésium, le fer, le phosphore, le silicium, le potassium, le cuivre, le cobalt, le manganèse, le zinc, l’iode, le chlore et le brome.

L’avoine et le son d’avoine sont excellents pour le transit intestinal, nourrissants, apaisants pour les voies digestives et ont un impact positif sur le taux de cholestérol et la glycémie.

Pourquoi l’avoine* est-elle tolérée par les personnes souffrant de la maladie cœliaque ?

L’avoine contient des protéines de type gliadine (gluten) principalement sous forme d’avenines. Celles-ci ressemblent de loin aux gliadines (présentes dans le blé), aux hordéines (présentes dans le seigle) et aux sécalines (présentes dans l’orge).

Les recherches ont démontré que les globules blancs chez les personnes souffrant de la maladie cœliaque réagissaient directement au blé, au seigle et à l’orge, mais rarement à l’avoine. Cela s’explique par le fait que le blé contient plus de 40 types de fragments protéiniques susceptibles de provoquer des problèmes auprès de ces malades. L’orge en contient environ 60, et le seigle entre 30 et 40. Par contre, l’avoine ne contient que 2 fragments protéiniques néfastes.

Cette concentration est tellement faible qu’elle ne provoque souvent aucune réaction. De plus, on trouve dans le blé proportionnellement plus de gliadine qu’on ne trouve d’avenine dans l’avoine. C’est ce qui explique que l’avoine a moins d’impact négatif – voire aucun – sur les personnes souffrant de la maladie cœliaque.

*L’avoine destiné aux patients souffrant de la maladie cœliaque ne peut être contaminé par contact avec du gluten pendant les phases de culture, de récolte, de stockage et de transformation.